close
ocaph en 2015

Pour une plus large participation des citoyens aux élections

lus large participation des citoyens aux élections 05

Encourager une plus large participation des citoyens aux prochaines élections, telle est la mission que se propose l’Observatoire citoyen de l’action des pouvoirs publics en Haïti (OCAPH), via une grande campagne de mobilisation. Pour ce faire, cet organisme entend réaliser entre autres la journée de la citoyenneté, des sondages et des programmes de sensibilisation, via l’alliance citoyenne pour des élections réussies (ACIER).

Avoisinant les 22% en 2010, l’OCAPH entend augmenter le taux de participation des citoyens aux urnes à 45 % cette année, en mettant en œuvre un plan comprenant quatre grandes initiatives. Il s’agit d’abord de la journée de la citoyenneté accompagnée d’un sondage sur les sujets d’intérêts qui sera organisé le 18 Mai. Ensuite, les organisations regroupées dans l’Alliance citoyenne pour les élections réussies (ACIER) vont s’atteler à mettre en œuvre un programme d’éducation civique à l’intention des jeunes, des femmes et des handicapés, organiser des débats électoraux, et réaliser l’observation électorale.

Vemon Jean, coordinateur de l'OPACH
Vemon Jean, coordinateur de l’OPACH

Pour Vernon Jean, coordonnateur de l’OCAPH, il faut une plus grande mobilisation des acteurs de la société civile afin d’impliquer plus de gens dans le processus électoral, qui présente un grand intérêt pour le pays. « Il faut que plus de citoyens s’engagent dans ce travail de mobilisation afin d’avoir un processus électoral sans violence, ayant un meilleur contrôle et un meilleur regard de la population », dit-il.

Selon Vernon Jean, un programme de sensibilisation à travers les médias sera tenu en vue d’inciter la population à participer au premier sondage électronique citoyen le 18 Mai. À cette occasion, les Haïtiens d’ici et de la diaspora seront appelés à se prononcer sur les sujets qu’ils souhaitent être débattus par les candidats.

Wesner Emmanuel
Wesner Emmanuel

Les joutes électorales sont, selon le professeur et ancien sénateur Wesner Emmanuel, un moment important dans l’histoire du pays. Selon lui, la société civile, par opposition à la classe politique, entend jouer son rôle de régulateur et de correcteur dans cette année électorale. « Nous n’allons pas participer dans des activités de campagnes électorales. À partir d’autres élections déjà réalisées, nous comprenons que si l’on veut aboutir à une meilleure participation, il faut une journée de vote pour les personnes du 3e âge et les handicapés. Nous allons faire des plaidoiries auprès des institutions, notamment le CEP, en ce sens. De plus, nous allons demander à l’ONI de permettre à ces gens de jouir de leur droit de vote », a-t-il fait savoir.

Guerda Pavilon- IDEJEN
Guerda Prévilon, IDEJEN

Guerda Prévilon, de l’initiative pour le développement des jeunes (IDEJEN), estime que le manque d’information et d’éducation est l’une des raisons du faible niveau de participation aux scrutins. « Cette fois-ci, nous aurons une vaste campagne d’éducation civique à travers le pays, dans nos différents réseaux. Cette campagne entend augmenter le taux de participation de la population marginalisée. Nous voulons que les groupes de jeunes, de femmes, des handicapés, aient une part active dans le processus. Notre objectif est de mobiliser toute la population afin d’avoir des élections inclusives et pacifiques », explique-t-elle.

« Lors des récentes élections, le taux de participation des femmes a été très faible », se rappelle Magdala Jean Pierre Michel, membre de « Mouvman fanm Kafou (MOFKA), qui indique pourtant que plus d’un million de femmes possèdent leur CIN, selon les dernières statistiques. « Les femmes doivent voter et bien voter. Nous allons faire des campagnes de sensibilisation auprès des organisations de femmes à travers tout le pays. De plus, nous allons faire des plaidoyers auprès du CEP et d’autres instances pour sécuriser les centres de vote. Et ce, afin de réduire les cas de violence qui empêchent à la population marginalisée de prendre part aux

Magdala Jean Pierre Michel, membre de « Mouvman fanm Kafou (MOFKA)
Magdala Jean Pierre Michel, membre de « Mouvman fanm Kafou (MOFKA)

scrutins », explique-t-elle, indiquant par ailleurs que OCAPH va observer le déroulement des votes au moyen des technologies de l’information et de la communication. Ce, pour tenir la population informée, assurer la transparence et réduire les risques de violence.

Selon Jean Marie Lefonté, membre du Réseau associatif national pour l’intégration des handicapés (RANIPH), l’on ne peut pas parler d’élections inclusives sans la participation de personnes handicapées. « Cette participation ne répondra pas au désir d’une tierce personne, mais aux prescrits de plusieurs conventions internationales traitant de la participation des personnes handicapées », estime-t-il, réclamant la solidarité de la société civile et une compréhension du CEP de la problématique des personnes handicapées.

Jean Marie Lefonté, - Réseau associatif national pour l’intégration des handicapés (RANIPH)
Jean Marie Lefonté, – Réseau associatif national pour l’intégration des handicapés (RANIPH)

Jean Marie Lefonté indique que son secteur confronte un problème d’état civil très sérieux que les autorités doivent pallier de manière rapide. « Certains d’entre nous veulent participer aux élections mais ne détiennent pas de pièces. Étant en mobilité réduite, nombreux parmi nous ne peuvent pas parcourir la grande distance qui les sépare des bureaux de votes. Le CEP doit aussi penser à mettre dans les bureaux de votes des techniciens pouvant aider notamment les personnes ayant des handicaps visuels et auditifs à voter », propose-t-il.

Source: http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/142978/

 

Tags : Publications
admin

The author admin

Cin=04053146

Leave a Response